Review & Interview

2002
SALEM - Collective demise (System Shock/Adipocere)

CD REVIEW

This kronik will be the occasion of a small blow of mouth against this v?n?rable institution which is the Post office.
Indeed, this CD is arriv? in crumbs in my bo?te with the letters whereas it?tait emball correctly?.
I thus have to me d?merder to find this disc of mani?re more or less l?gale.
In short, everyone of fout but it is the kind of things which?nervent me at the most point.
And when I am?nerv?, I do not arrive any more? to make excrement.
The Post office will be thus jug?e responsible for my constipation.
Are Isra?liens de Salem, v?t?rans of the local sc?ne, now? their 17° ann?e of is existence (!) and this "Collective demise' d?j? the 8° album of a discography which starts? pl?thoric.
One thus suspects well that we do not have business? d?butants and that this disc will be of a professionalism? all?preuve.
During its carri?re, does Salem have touch? not badly of styles, whether it is the black, the death or the thrash.
I did not have the chance of?couter all the albums but this one does not have me really d??u.
It m?lange besides a little all these movements and benefits from a production? the time a?r?e and powerful to return its?coute particuli?rement agr?able.
The disc starts rather extremely with a fast "Broken yet united" and entra?nant tr?s near to At The Gates and the continuation pr?sente to rhythmic and environments enough vari?es but always tr?s well con?ues.
The incorportation of afro-cuban percussions, the few voices f?minines (especially on excellent "the coming end of reason") and feel it riff simple and effective are major assets at these Isra?liens.
As for the Greeks of Rotting Christ with whom they share some similarities stylistics, the total atmosph?re of the titles is rehauss?e by this small feeling mystical that one finds much at the formations coming from country charg?s of history and mythology.
So certain pieces is traditional but quite effective like "Slavic", "Act of War" or "Decadence in loneliness", it is in the parts more mid-tempo that one finds the v?ritable talent of Salem and it is with small bombs like "Collective demise", "Dead eyes" or doomy "A I taster" that the qualit?s of composition of the group are really sublim?es.
The only large reproach that I would formulate, and which is the principal reason of a re-examined note? the fall, are the vocal ones of Ze' ev.
They are frankly too monocordes and they do not serve really good the id?es that one finds throughout this disc.
A little bit of vari?t?, a double singing exercise for example, would not have?t? useless but the?nergum?ne obstine? to always howl in the m?mes ranges. It is not irritating as on some other discs only the d?cence prohibits to me to quote but the qualit? total of work is strongly p?nalis?e of it.
Whereas one could expect? a tr?s good disc, "Collective demise" will be simply good. However, Salem m?rite?norm?ment of respect for multiple reasons like its anciennet?, its absolute d?votion with the m?tal extr?me or the passion which animates it since its d?buts.
The sc?ne Isra?lienne, d?j? rich person in promising groups but with the limit?s means, needs a v?ritable leader supported by a true public.
Salem has the profile id?al to carry out the horde.
The continuation d?pend only of you.

French
SALEM - Collective demise (System Shock/Adipocere)
Cette kronik sera l'occasion d'un petit coup de gueule contre cette vénérable institution qu'est La Poste. En effet, ce CD est arrivé en miettes dans ma boîte aux lettres alors qu'il était correctement emballé. J'ai donc du me démerder pour trouver ce disque de manière plus ou moins légale. Bref, tout le monde s'en fout mais c'est le genre de choses qui m'énervent au plus haut point. Et quand je suis énervé, je n'arrive plus à faire caca. La Poste sera donc jugée responsable de ma constipation. Les Israéliens de Salem, vétérans de la scène locale, en sont maintenant à leur 17° année d'existence (!) et ce "Collective demise' est déjà le 8° album d'une discographie qui commence à être pléthorique. On se doute donc bien que nous n'avons pas affaire à des débutants et que ce disque sera d'un professionalisme à toute épreuve. Au cours de sa carrière, Salem a touché à pas mal de styles, que ce soit le black, le death ou bien le thrash. Je n'ai pas eu la chance d'écouter tous les albums mais celui-ci ne m'a pas vraiment déçu. Il mélange d'ailleurs un peu de tous ces mouvements et profite d'une production à la fois aérée et puissante pour rendre son écoute particulièrement agréable. Le disque commence assez fort avec un "Broken yet united" rapide et entraînant très proche de At The Gates et la suite présente des rythmiques et des ambiances assez variées mais toujours très bien conçues. L'incorportation de percussions afro-cubaines, les quelques voix féminines (surtout sur l'excellent "coming end of reason") et le sens du riff simple et efficace sont des atouts majeurs chez ces Israéliens. Comme pour les Grecs de Rotting Christ avec qui ils partagent quelques similitudes stylistiques, l'atmosphère globale des titres est rehaussée par ce petit feeling mystique que l'on retrouve beaucoup chez les formations venant de pays chargés d'histoire et de mythologie. Si certains morceaux sont classiques mais bien efficaces comme "Slave", "Act of War" ou "Decadence in solitude", c'est dans les parties les plus mid-tempo que l'on retrouve le véritable talent de Salem et c'est avec des petites bombes comme "Collective demise", "Dead eyes" ou le doomy "A I taster" que les qualités de composition du groupe sont vraiment sublimées. Le seul gros reproche que je formulerais, et qui est la principale raison d'une note revue à la baisse, sont les vocaux de Ze'ev. Ils sont franchement trop monocordes et ils ne desservent pas vraiment les bonnes idées qu'on trouve tout au long de ce disque. Un petit peu de variété, une double vocalise par exemple, n'aurait pas été inutile mais l'énergumène s'obstine à hurler toujours dans les mêmes gammes. Ce n'est pas irritant comme sur certains autres disques que la décence m'interdit de citer mais la qualité globale de l'oeuvre s'en trouve fortement pénalisée. Alors qu'on pouvait s'attendre à un très bon disque, "Collective demise" sera simplement bon. Pourtant, Salem mérite énormément de respect pour de multiples raisons comme son ancienneté, sa dévotion absolue au métal extrême ou la passion qui l'anime depuis ses débuts. La scène Israélienne, déjà riches en groupes prometteurs mais aux moyens limités, a besoin d'un véritable leader soutenu par un vrai public. Salem a le profil idéal pour mener la horde. La suite ne dépend que de vous.
Violent Solutions
1